Rechercher dans ce blog

Nouveaux articles

Si vous souhaitez être informé des nouvelles publications d'articles sur le blog, expédiez votre ADRESSE EMAIL avec la mention NOUVEL ARTICLE à :
alloue.blog@orange.fr
CLIQUEZ SUR LES IMAGES POUR LES AGRANDIR - CLICK ON THE PICTURE TO ENLARGE IT.
EN DESSOUS DU DERNIER ARTICLE DE CETTE PAGE : CLIQUEZ SUR LA MENTION "ARTICLES PLUS ANCIENS" POUR ALLER A LA PAGE SUIVANTE OU CLIQUEZ SUR ACCUEIL POUR REVENIR A LA PREMIERE PAGE.


Je tiens à remercier ici ceux des habitants d'ALLOUE et de CHARENTE qui ont accepté de m'aider dans mes recherches. YM

29 septembre 2016

ALLOUE - PAUSES CULTURELLES


Autres manifestations 
en 2016 
de Pauses Culturelles


- Le vendredi 7 Octobre à 20H30 à la salle des fêtes d’Alloue: 

le truculent et débonnaire conteur patoisant :

Nono Saut’Palisse 



qui nous réjouira par ses histoires très drôles dans un patois parfaitement compréhensible par tous, Nono saura vous transporter dans son univers hilarant retraçant la vie quotidienne...

A ne pas manquer! entrée 5€



- Les samedi et dimanches 2223 octobre

Journées mycologiques 


en partenariat avec Charente Nature

samedi 22 cueillette des champignonsdépart de la salle des fêtes à 9H 

puis à 14H...

Détermination des champignons par des pros 

puis expo et visite libre le dimanche 23  avec projection de film et conférence




27 septembre 2016

METEOROLOGIE POPULAIRE CHARENTAISE

Publication du 31 août 2015





François VINCENT inscrivait sur son registre météorologique, la météo quotidienne du Prat à ALLOUE , où il résidait. C’était son hobby, mais pas simplement un hobby, comme tout agriculteur soucieux de ses récoltes, François avait un don, devrait-on dire une connaissance et une pratique de la prévision du temps, qui contredisait souvent les prévisions des stations météo. Ses prévisions, il les scrutait dans le ciel chargé de cumulus ou autres nimbus, dans l’air du Prat, dans la lune, au lever et au coucher du soleil, dans le comportement des oiseaux et de ses animaux de basse-cour , le grincement habituel d’une porte à l’approche d’un changement de temps et bien sûr celui de ses os et de ses vieilles douleurs.

Toutes ces constatations, vérifiées par nos ancêtres, donnèrent naissance à une multitude de dictons populaires, à valeur de pronostique météorologique et parfois, ou souvent, contredit d’une région à une autre, laissant ainsi le loisir à chacun de faire "sa pluie et son beau temps ".

Voici donc réunis par Marc LEPROUX pour les Études Charentaises en 1969, les maximes de la "météorologie populaire charentaise" du mois de SEPTEMBRE .



---------------





METEOROLOGIE POPULAIRE
EN CHARENTE


SEPTEMBRE

C'est la fin de l'été qui se fait déjà sentir :

« A la Saint-Michel (29 septembre)

« La chaleur remonte au ciel. » (Agris, La Rochefoucauld.)

Ce sont les longues soirées qui sont déjà venues. Aussi,

« A la Saint-Michel,

« Les veillées tombent (lu ciel. »

Dans le Montbronnais, on dit aussi :

« Quand les pêches sont mûres

« Les nuits autant que les jours durent. » (Delage 1949.)

Saint-Michel nous intéresse encore pour le temps à venir :

« Pluie de Saint-Michel sans orage

« D'un bon hiver est le présage. »

Mais ceci ne doit pas nous faire oublier que le temps des semailles est arrivé. Aussi :

« Sème tes pois à la Saint-Maurice

« Tu en auras à ton caprice. »

Il faut aussi se préparer pour les dernières récoltes car :

« Août mûrit, Septembre vendange

« C'est ainsi que les biens s'arrangent. »

Et il est bon de prendre ses précautions pour l'hiver :

« Si en Septembre tu es prudent

« Achète graines et vêtements, » (Rivière, 1943.)

« Notre-Dame de Septembre

« Met le chandelier en chambre. »

(Cantons de Rouillac et de Barbezieux, 1943.)

« En Septembre

« On dort en chambre. » (Eraville 1942.)





Photos : YM







Photos : YM
Vidéo, ALLOUE la nuit -  Sealed with a kiss par Brian Hyland (1962)  : YM
Rustica : collection Alloueblogspot


24 septembre 2016

La veille Nohémie, conte de Nono saute palisse

Le vendredi 7 Octobre à 20H30 à la salle des fêtes d’Alloue: 


NONO SAUT' PALISSE


23 septembre 2016

FETE DE LA VIGNE ET DES VENDANGES (1)

Publication du 17 octobre 2015






LA FÊTE DE LA VIGNE 


ET DES VENDANGES




En ce mois d’Octobre, en FRANCE, dans un grand nombre de nos villages, on fête la vigne et les vendanges Tradition populaire que nous devons aux ROMAINS qui seraient à l’origine de la culture de la vigne en FRANCE, transmise à nos ancêtres les GAULOIS entre le I° et le III°siècle.

Les ROMAINS autorisent les GAULLOIS à cultiver la vigne et à faire du vin ; ils transmettent à nos ancêtresbons vignerons et sérieux buveurs de vin,  l’art de la greffe et de la taille ; les GAULLOIS inventeront la barrique.




En 1863, la culture florissante de la vigne (dans le CONFOLENTAIS un vingtième des terres cultivables) va être arrêtée nette par la migration d’un petit insecte venu d’AMERIQUE, le PHYLLOXERA.

En 1867, le vignoble français produit dans chaque région de FRANCE un vin (piquette locale) généralement réservé à une consommation familiale (comme encore aujourd’hui notre petit vin gris, produit de nos vignes locales) et une part plus modeste à la commercialisation.

Afin d’accroître la rapidité de développement des vignobles, par la plantation de plants importés  "américains", seront introduits avec ces fameux plantsces insectes microscopiques qui attaquent les racines de la vigne, absorbent la sève et détruisent les ceps en trois ans.

On pouvait penser que la vigne en FRANCE serait en totalité atteinte de ce fléau, qui provoqua une crise financière grave et un effondrement de la production.

La crise du vignoble français et européen, infestés par le PHYLLOXERA durera 30 ans, le temps nécessaire pour trouver d’autres "plans américains" avec une écorce suffisamment épaisse pour résister aux attaques du PHYLLOXERA. Ces "plants américains" produisant des raisins de qualité médiocre, la multiplication de la vigne, par bouturage de vigne américaine avec des greffes de rameaux de vigne française permettra  la production de raisins d’excellente qualité et des vins admirables selon la nature des cépages utilisés et des terrains cultivés.

Le vin est consommé au quotidien principalement par les hommes adultes et dans les fêtes familiales, locales ; les jours de foire et le dimanche dans les cafés du village.

En 1947 on estimait en FRANCE à deux millions d’hectares les parcelles de vigne cultivées, réparties sur 60 départements. Très peu d’endroits de la terre de FRANCE ne cultivent pas de vignes.

Depuis, à l'exception des régions viticoles, où, la production de vin du terroir et de grands crus est en quasi-totalité réservée à la commercialisation , la production et la consommation de vigne de vin dit "de table", ainsi que les vignes produisant exclusivement pour une consommation familiale, sont en régression

Les raisons en sont principalement : le changement de mode de vie et des habitudes de consommations et l'exode rural ; appuyées depuis 1976 des directives de l'OCM ( Organisation  Commune des Marchés agricoles), "politique d'arrachage" qui préconise pour le maintien sur le marché communautaire d'un équilibre entre l'offre et la demande l'interdiction de plantations nouvelles et sur une base volontaire, l'incitation à l'abandon et à l'arrachage définitif de surfaces plantées en vigne, ouverte quasiment sur la totalité des surfaces de vignes.
Cependant avec ses 35 000 domaines et 500 000 emploisla vigne et le vin sont devenus au fil des temps un "booster" économique pour la FRANCE et ses régions, un art de vivre à la françaisepays de la gastronomie.


Repas de fin de moisson

---------------
Je ne connais de sérieux ici-bas que la culture de la vigne
VOLTAIRE
---------------



LA VIGNE





Plantation. — On commence par labourer profondément le terrain avant l'hiver, et l'on enfouit en même temps 3o ou 4o tonnes de fumier de ferme à l'hectare. Au printemps suivant, on détruit les mauvaises herbes et l'on ameublit le champ au moyen de l'extirpateur.

Les boutures ratinées sont plantées en lignes, le long d'un cor­deau portant un noeud à chaque mètre, soit à la houe, soit à l'aide d'un, piquet.

Pour que les travaux de culture puissent s'exécuter à la charrue, l'écarte­ment des lignes doit être au moins de 1 m. 20. On compte, suivant les régions, de 5.000 à 1o.000 plants à l'hectare.


Les Sciences Appliquées - Certificat d'Etudes Primaires - Ecoles rurales de garçons 1948



---------------


« Tonnerre d'Août 
« Grosses grappes et bon moût. »

---------------






DES RAISINS POUR TOUS LES GOÛTS



On distingue la vigne pour le raisin de table et la vigne à vin. Elle exige un fort ensoleillement, un climat doux et un sol bien drainé. Le climat qui convient le mieux à la vigne est celui de type continental tempéré. En hiver, la vigne est très rustique e t résiste à des froids de l'ordre de -18 à -20 mais dès que la végétation reprend, la plante est très sensible aux gelées.  A -2 C les bourgeons sont détruits. Pour cette raison, on plante la vigne dans les endroits les plus favorisés : exposée au sud le long d'une pergola, d'un treillage ou d'un mur bien ensoleillé, où elle bénéficiera de la chaleur emmagasinée par la pierre. Par contre la vigne s'accommode de terres de afférentes natures, à l'exception des sols froids, argileux et lourds


La culture se conduit de façon différente selon le climat. Pour l'amateur, la forme en treille, sorte d'espaliers constitués de divers cordons, est la méthode la plus utilisée. Elle nécessite toujours un appui où s'accrocheront les vrilles. Comptez un pied de vigne pour 2 m2 à couvrir. Achetez des plants vendus en conteneurs chez les pépiniéristes. Veillez à ne pas abîmer la motte, car la plante supporte mal la transplantationLa vigne se multiplie facilement par bouturage d'yeux dormants enracinés dans de la mousse humide. Autre possibilité : le marcottage, en courbant une branche vers le sol et en l'enterrant en partie, de façon à ne laisser dépasser que quelques feuilles ou bourgeons. Effectuez ce travail au printemps pour que l'enracinement se produise sur la partie enterrée pendant l'été. Tout au début du printemps suivant, lorsque les pousses démarrent, coupez les portions nouvellement enracinées des plantes mères et trans­plantez-les immédiatement.

Les meilleurs fruits proviennent des nouvelles pousses issues des tiges de l'année précédente. Vous reconnaîtrez facilement les tiges d'un an au moment de la plantation : elles ont la taille d'un crayon et sont entourées d'une écorce claire et lisse, alors que les vieilles tiges sont fortes et offrent une écorce sombre et fibreuse. Supprimez fleurs et fruits de la vigne les deux premières années de façon à obtenir une excellente récolte la troisième annéeLa vigne vit longtemps et peut produire du raisin pendant un siècle.


---------------
« Quand le raisin naît en avril 

« Il faut préparer ton baril. »
---------------





LE BAN DE VENDANGES

Le ban de vendanges est-il encore obligatoire nous. demande-t-on ?


Le ban, très usité autrefois, était l'annonce faite publiquement dans une commune d'un acte de l'autorité, ou, comme on dirait aujourd'hui, la publication d'un arrêté municipal. Et il y avait alors les bans de fauchaisonde moissonde vendange et, dans les communes où ils existaient on ne pouvait fauchermoissonner ou vendanger qu'en vertu du ban

Le ban de Vendanges est donc une proclamation par laquelle le maire fixe le jour où l'on pourra commencer la récolte du raisin.

La loi du 28 septembre-4 octobre 1791 avait maintenu le ban de vendanges dans les localités où l'usage l'avait établi.

L'art. 13 de la loi du 9 juillet 1888 abo­li en principe le ban de vendanges, mais en permettant de le maintenir où il existe et de l'établir où il n'existe pas. Cet ar­ticle est ainsi conçu : 

<< Le ban des vendanges ne pourra être établi ou même maintenu que dans les com­munes où le conseil municipal l'aura ainsi décidé par délibération soumise au conseil général et approuvée par lui.  S'il est établi ou maintenu, il est réglé chaque année par arrêté du maire. Les prescriptions de cet arrêté ne sont pas applicables au vignobles clos sans solution de continuité.>>

Ainsi, le maintien ou l'établissement du ban de vendanges est subordonné aux délibérations du conseil municipal et du conseil général.

A la différence de ce qui se passe pour la vaine pâture, aucun délai n'a été imparti aux communes pour délibérer sur l'établissement ou le maintien du ban de vendanges

Les simples particuliers ont qualité en cette matière pour présenter des pétitions, mais la loi n'oblige pas le conseil munici­pal à statuer sur ces pétitions

Dans les communes où le ban de vendan­ges a été établi, maintenu ou rétabli, c'est au maire qu'il appartient de le publier cha­que année. La forme de la publication n'est pas déterminée par la loi ; une publication à son de trompe, conforme à un usage lo­cal, est suffisante.

L'arrêté du maire est exécutoire immé­diatement par le seul fait de sa publica­tion. Si le maire néglige de publier le ban, le préfet peut lui-même, après mise en de­meure, faire la publication. (Loi du 5 avril 1881, art. 95 et 99).

Le ban de vendanges a simplement pour effet d'empêcher la récolte du raisin avant l'époque fixée : les habitants restent tou­jours libres de ne vendanger que plus tard. Ils peuvent aussi, sans attendre la date prévue par le ban, cueillir quelques raisins non destinée à la fabrication du vin.

La contravention au ban est punie d'une amende de six à dix francs prévue par l'art 475 § 1 du Code pénal et prononcée par le tribunal de simple police.

La contravention ne peut être excusée par le motif que le contrevenant aurait obtenu la permission du maire, ou aurait suivi un usage adopté dans la commune en devançant de quelques jours la date fixée par le ban.

Le ban ne s'applique pas aux vignes closes et la clôture doit s'entendre ici com­me en matière de vaine pâture.

Les pouvoirs du maire sont restreints à la détermination de la date d'ouverture des vendanges. Il ne pourrait ni interdire aux propriétaires d'entrer dans leurs vignes sans autorisation, ni défendre d'une façon générale de passer dans les sentiers traver­sant les vignes.


Le Petit Journal agricole N° 1160 du 29 Septembre 1915



---------------
« En Octobre tonnerre
« Vendanges prospères.»
---------------







Le Ban des Vendanges


Une origine médieval



Le Ban des vendanges puise ses origines au Moyen-Âge. Il s’agissait à l’époque d’un service collectif obligatoire qui permettait à la fois le contrôle et la collecte de la dîme.

En apparence rigide, le ban des vendanges était la mieux acceptée des banalités seigneuriales. Il permettait de garder une équité entre les vignerons et de préparer les fêtes qui suivent la vendange.

Malgré la chute du système féodal en 1789, il reste effectif presque partout sous l’égide des autorités municipales et devient une date importante dans le calendrier viticole et festif. Cette formalité était obligatoire chaque année car on s’était aperçu très tôt que la date de début des vendanges n’était pas immuable.

Loi de 1946

La publication du ban des vendanges découle de nos jours de la loi du 21 Octobre 1946 par laquelle <<le maire peut, sur avis du conseil municipal et après avoir consulté le président du groupement viticole local existant, fixer la date à laquelle la récolte des raisins de vendange est autorisée sur le territoire communal….. >> La cérémonie du Ban des Vendanges comprend plusieurs parties qui vont de la récolte des baies, de leur analyse (sucrepoidsmaturité), de la fixation de la date de début, de la proclamation du ban, de la première pressée à la dégustation du premier jus.
De nos jours...



La précocité observée depuis la fin des années 1980 est de 10 à 20 jours comparativement au milieu du XXe siècle.

Une chose est certaine, les viticulteurs devront être à l'écoute de l'évolution de leurs parcelles et attentifs aux résultats des prélèvements de contrôles de maturité. Depuis 2007, la profession a mis un trait sur la publication des bans de vendanges qui encadraient la récolte et donnaient le coup d'envoi par appellations.






jean-Marc BROCARD
Propriétaire - Récoltant

à CHABLIS





Les différentes dates du ban des vendanges s'étalent du sud au nord entre fin août et début octobre.



---------------
Qu’est-ce que vous regardez ? C’est la carte routière ? – Non ! C’est la carte des vins. C’est pour éviter les bouchons ! Raymond DEVOS
 ---------------



Les vendanges dans le CONFOLENTAIS


LE TEMPS ... LE TEMPS ... 
TOUJOURS LE TEMPS ! 






Notre Gravure

Voici l'heure des vendanges qui approche. Que seront-elles cette année : bonnes ou mauvaises ?




Hélas ! s'il faut en croire les renseignements de la dernière heure, elles seront médiocres. Les espérances étaient belles ; mais les maladies et les insectes, favorisés par le mauvais temps, ont réduit toutes les espérances.
Les produits, même les plus énergiques ont été impuissants à enrayer le mal, tant les attaques étaient si virulentes.
Notre gravure représente des vendanges dans une vigne dont les ceps sont chargés de raisins.
Espérons qu'il en sera ainsi cette année.








Le Petit Journal agricole N°1108 du 16 Septembre 1917





---------------
« Août mûrit, Septembre vendange 

« C'est ainsi que les biens s'arrangent. »
---------------






A L'AGE DIOT



LA VIGNE A DONNE SON SANG 


Lorsque Gérard CAILLAUD  me dit en semaine vendanger le Samedi 26 Septembre à l’AGE DIOT, lieu-dit sur la route des REPAIRES, là, où est encore concentré un certain nombre de vignobles d'ALLOUE, cela n’était pas tombé dans l’oreille d’un sourd ! <<A quelle heure, demandais-je ?>>-<< vers 16 Heures me répondit Gérard>>. 

J’avais souvent vendangé dans les années 70 et 80 le vignoble de mon beau-père, lui aussi situé à l’AGE DIOT  ;  j’étais donc surpris par la réponse de Gérard pour cet horaire ; naïvement j’avais en souvenir, que pour nous, la vendange commençait très tôt en début de matinée.

 En moi-même, sans rien dire, je pensais que nos vendangeurs n’étaient pas des matinaux. 

J’avais tout simplement omis dans mes souvenirs de vendangeur d’occasion, que les vendanges ... que dire ? … "La fête des vendanges !" ... dit-on, est affaire de famille, d’amis et de voisins ; on vendange un jour la vigne de l’un, le vignoble de l’autre le lendemain et ainsi de suite de la fin d’été au début de l’automne ; d’ailleurs, le vigneron ne choisit pas son jour, c’est la vigne qui décide du "Jour J" en fonction de sa situation géographique climatique et de son exposition, mais elle ne décide pas seule, le jour de vendange exige lui, un nécessaire ensoleillement . 


Je me souviens qu’en septembre à partir du 15 à début octobre, nous réservions nos week-ends, et attendions impatients, le starter de mon beau-pèrePierre TRILLAUD, pour rejoindre dare-dare ALLOUE au moment où la vigne est pleine de sucre et qu’elle est à maturité, pour procéder à la vinification et donc, bonne à vendanger

16 heures tapantes,  j’étais au rendez-vous, appareil photo au poing. 

Notre équipe de l’AGE DIOT, déjà en place, contrairement aux apparences et à mes mauvaises pensées, était en provenance du lieu-dit "SAVINAUD" situé sur la commune voisine d'EPENEDE, où tôt, au lever du jour, ils avaient démarré leur journée de vendange, ponctuée d'un repas fraternel modéré, afin de garder des forces pour l’après-midi, où, là encore, il faudrait "courber l’échine", jusqu’à la tombée de la nuit.

La vigne est comme toutes ses consoeurs de l’AGE DIOT, un vignoble de ceps, plantés sur de longues lignes, avec des rangs à écart régulier, piqués de tuteurs sur lesquels les pieds de vigne s’adossent ; tuteurs reliés entre eux par du fil de fer pour permettre aux sarments de courir aisément.

En ce qui concerne, le nom des cépages de la vigne de l'AGE DIOT, il n'est pas nécessaire de parler le "LATIN", pour les retenir, mais plutôt de connaître l'arithmétique

En effet nous trouvons à l'AGE DIOT : deux cépages noirs de raisin de cuve , un 5455* (PLANET ou SEIBEL) et un 18315** (VILLARD Noir N) et quelques pieds d'un cépage teinturier, rare, en voie de disparition (l'ALICANTE BOUSHET***).


Tout le monde connaît la chanson "Ils sont dans les vignes les moineaux" ; à l'époque de cette chanson pour chasser les moineaux de la vigne de l'AGE DIOT, étaient utilisés des épouvantails de fabrication maison, sorte de mannequins faisant illusion en imitant grossièrement la présence humaine. 

Aujourd'hui le procédé utilisé est beaucoup plus moderne ; des "CDS" tournant sur eux mêmes tels de "vieux vinyles" remplacent les épouvantails de jadis

La mort prochaine du "CD" étant prédite, permettez-moi de douter de l'efficacité d'un "fichier MP3" ou d'une "clé USB" pendu à un fil de fer pour éloigner les moineaux de la vigne de l'AGE DIOT.

<<Quand le merle voit les vendangeurs entrer dans la vigne, il s'étonne surtout de les voir qui n'ont pas, comme lui, peur de l'épouvantail.>>
Jules RENARD


Un tracteur avait parqué la remorque sur laquelle était positionné "le FOULOIRsur la  cuve,  à l'une des deux extrémités de la vigne.

Une dizaine de femmes et d’hommes (formaient notre équipe) qui ne semblaient pas de trop eu égard à la longueur des rangs, le long desquels ils allaient manuellementcueillir les grappes de raisin





Nos vendangeurs vont se répartir les rangs, quelquefois en équipe de deux, disposés de part et d’autre d’un rang. Le sécateur en main, en position accroupiecourbée, munis de grands seaux en plastique, remplaçant la hotte ou le panier du temps jadis, qu’une fois remplis, l’on portera (à la main ou sur l’épaule) au "FOULAGE", récupérés par l’un des membres de l’équipe, généralement le vigneron chef d’équipe, qui déversera les grappes de raisin contenues dans les seaux dans un espèce de gros entonnoir (ouillette) avant d’actionner manuellement la lourde manivelle du "FOULOIR". 

Le "FOULAGE", aujourd'hui mécanisé (autrefois à pieds d'homme) consiste à écraser les grains des raisinssans broyer les pépins et les rafles et de faire jaillir le jus. La vendange terminée, nos raisins ainsi foulés, la fermentation peut commencer, elle durera, pour notre vendange de l'AGE DIOTune dizaine de jours à l'issue desquels le PRESSOIR rentrera en action pour en presser le jus qui donnera dans quelques mois ... le petit vin gris de l'AGE DIOT, mais cela est une autre histoire ...






*5455 - Plantet (cépage noir) : le plantet ou seibel 5455 est un cépage hybride, croisement de seibel 4461 avec un hybride de vitis berlandieri et de Jacquez (hybride franco-américain, prohibé depuis 1935). On le doit à Albert Seibel (1844-1936), à Aubenas en Ardèche.


 **18315 - Le Villard noir N ou 18315 Seyve-Villard (hybride interspécifique) provient d’un croisement entre le Chancellor N (ou 7053 Seibel et le Subéreux N (ou 6905 Seibel).


***L'alicante Bouschet ou alicante-henri-bouschet est un cépage teinturier d'origine française, un croisement réalisé en 1855 par Henri BOUSCHET en croisant le Petit BOUSCHET (aujourd'hui pratiquement disparu) avec le Grenache noir. Il est répandu dans tout le Midi français, en Algérie, au Portugal et en Californie.





---------------
<<je recueillis d'un excellent viticulteur local cette belle définition :
"Qu'est-ce que le vin ?
De la géographie liquide."
Et je compléterai ce petit dictionnaire par ce que j'ai appris de mes amis bourguignons :
"Qu'est-ce qu'un climat ?
Un terroir (souvent très petit) qui accueille un cru (généralement magnifique).
Et qu'elle est l'origine du mot climat ?
L'inclinaison (de la terre vis-à-vis du soleil).>>


Éric Orsenna
---------------


LA VIGNE 



Façons culturales. — La vigne exige des binages qui détruisent les plantes nuisibles et maintiennent la fraicheur du sol.

Dans les climats froids, on rejette la terre sur les souches par un labour d'automne appelé labour de buttage. Au printemps sui­vant, un labour de débuttage dégage les ceps et enterre le fumier et les engrais.






Les Sciences Appliquées - Certificat d'Etudes Primaires - Ecoles rurales de garçons 1948




----------------
Murmurant ces vers de Pindare : « La jeunesse est une fleur dont l'amour est le fruit. .. Heureux le vendangeur qui le cueille après l'avoir vu lentement mûrir. ».
Le comte de Monte-Cristo Alexandre DUMAS
----------------




Remerciements à : Gérard CAILLAUD pour son invitation et Raymond MESRINE pour son éclairage technique ; à l'équipe des vendangeurs de l'AGE DIOT RaymoneGérard et David CAILLAUD ; Irène et Rémi LEDUQUE ; RaymondJean-MichelLaurent et Gaël MESRINEJean-Louis LEPECULLIER et Odile POIRIER.

Photos et Super 8 de 1973 : YM
Photo de François VINCENT : collection Jacques THIAUDIERE
CPA : collection privée
Menus du CAFE DE LA POSTE de 1960 : collection Annette MORINAIS
RUSTICA : collection alloueblogspot
Le Petit Journal agricole :  collection alloueblogspot
Recueil des "USAGES LOCAUX" des Cantons du département de la CHARENTE :  collection alloueblogspot
Les Sciences Appliquées - Certificat d'Etudes Primaires - Ecoles rurales de garçons 1948 : collection alloublogspot
Sources : InternetWIKIPEDIA


----------------

<<Le meilleur vin n'est pas nécessairement le plus cher, mais celui qu'on partage.>>
Georges Brassens
 ----------------


LIRE OU RELIRE 

L'ALAMBIC DE Mr René BUGEON





François VINCENT
93 ans à ALLOUE 
1ère partie







L'OUILLETTE
PETITE HISTOIRE 
D'UN PARISIEN EN CHARENTE






----------------
« S'il tonne en Avril 

« Le vin revient au douzil. »
----------------




LA VIGNE ... QUEL TRAVAIL !





Notre Gravure

Lvigne est une plante exigeante sur les soins culturaux et plus particulièrement sur les labours. Il y a le labourage d'automne ou buttage qui ramène la terre autour des ceps pour les protéger contre le froid ; le labourage de printemps ou débuttage qui déchausse les ceps et les dégage de la terre accumulée pour l'hiver.
Le labour de maiavant la fleur, et le labour de juinaprès la floraison, ont but de niveler le sol, de détruire les mauvaises herbes et de maintenir la fraîcheur de la terre.
Ce travail de labourage des vignes s'exécute avec une charrue spéciale - une charrue vigneronne - qui passe facilement entre les ceps sans léser leurs racines.
C'est une de ces charrues au travail que représente notre gravure.


Le Petit Journal agricole N° 1129 du 24 Février 1918




----------------

<<Dieu n'avait fait que l'eau, mais l'homme a fait le vin.>>
 Victor HUGO
 ----------------

LA VIGNE


Engrais. — L'engrais de fonds, c'est le fumier de ferme. Tous les trois ans, on apporte à la vigne, dès la fin de l'hiver, 20.000 kg de fumier à l'hectare, que l'on complète par des engrais chimiques; 

600 kg de scories et 200 kg de chlorure de potassium que l'on peut remplacer par 5oo kg de sylvinite. 

On recommande aussi d'appliquer 3oo kg de pi dite dont l'action est à la foi désinfectante et fertilisante. 


Les Sciences Appliquées - Certificat d'Etudes Primaires - Ecoles rurales de garçons 1948







----------------

« Rosée et fraîcheur en Mai 
« Donnent vin dans la vigne et foin au pré. »
----------------




POUR LA SUITE (FETE DE LA VIGNE ET DES VENDANGES partie 2) ...


EN DESSOUS DE CETTE PAGE A DROITE : CLIQUEZ SUR LA MENTION "ARTICLES PLUS ANCIENS" POUR ALLER A LA PAGE SUIVANTE







Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...